IMG_0535    IMG_0539

Spider man                                                                           Mickaël Jackson

Une église, une mosquée, un temple chinois et un autre  hindou dans le même quartier à Malacca, c’est commun en Malaisie, pays musulman. Je ne suis pas venu en quête de spiritualité religieuse et encore moins enquêter sur les croyances. Je me méfie de toutes les bondieuseries. Aux premiers regards cette proximité des religions semble harmonieuse. Cependant  j’ai remarqué que chacun vivait prés de sa chapelle sans se mélanger alors j’ai posé quelques questions. Pas si catholique que ça ! Le sultan  impose peu à peu sa religion. Depuis peu les vendeurs de pinceaux doivent préciser que le matériel est bien hallal en ne contenant pas de poil de porc ! Sujet clos.

malacca03    IMG_0423

Mosquée flottante                                                                  Eglise hollandaise

Au 14eme siècle un prince hindou de Sumatra établit à Malacca une base pour les marchands.  Au contact des négociants arabes il se convertira à l’islam. Voilà pour les mosquées. En 1511 des portugais venu de Goa prennent sa place, les hollandais les chassent en 1641. Ceci explique les églises. En 1795, le gouverneur hollandais livre la colonie aux anglais, pourquoi ? La frousse de Napoléon.  Son  plat pays était tombé dans l’escarcelle française, il évitait ainsi d’y rajouter les colonies. Les british en feront un protectorat jusqu’en 1957.

IMG_0606     IMG_0599

Pokemon                                                                             Porte Santiago

Fermons la page histoire, plus besoin,  elle se lit dans les rues sur un petit périmètre défini par la rivière, la colline St Paul et la mer.  On y retrouve tout. La mosquée  kampong Kling en plein milieu du quartier chinois a été construite par des commerçants musulmans, son architecture s’intègre dans le style chinois dominant.  L’église St Paul hissait la foi chrétienne au dessus de la ville protégée par le fort Santiago. Ces constructions portugaises ne sont plus que des ruines visitées par les touristes qui s’amusent  sur des rickshaw Pokémon ou Spiderman.  Il fallait éviter que cette chrétienté ne s’efface au profit des autres religions. La ville remplaça en 1954, période anglaise,  l’ancienne croix de bois plantés par les portugais à l’emplacement où le saint François Xavier posa le pied sur cette terre en 1545.  Aujourd’hui elle dépasse d’un bosquet au milieu d’un  parc éloigné du rivage maritime, la mer a reculé depuis St François. On serait certain de l’emplacement grâce à des dessins de 1613. Je veux bien y croire,  ici ou 400 mètres plus loin cela à peu d’importance.  Je ne crois pas  que cette croix sera suffisante à maintenir allumé le cierge chrétien. Heureusement pour St François, un prêtre français de passage fit bâtir une grande église en 1849, c’est mieux.     

IMG_0497   IMG_1328

Un coté hollandais ?                                          Eglise St François

 Au bas de la colline, la plage rouge  ce sont les hollandais, les nouveaux arrivants protestants  n’allaient pas gravir des escaliers  pour prier dans une église portugaise de plus catholique. Ils ont construit leur chapelle en 1741. Sur l’autre versant reposent les premiers flamands dans un  cimetière un peu à l’écart. Je n’ai pas hésité à les déranger en grattant une pierre tombale intrigante avec une  tête de mort : 1641, Louis Ferdinand Van Cale fût dans les premiers arrivés ici. L’histoire s’apprend au hasard des pas perdus.  

IMG_0449     malacca04

La petite croix dans le jardin                  Tombe hollandaise

Depuis 2006 la mosquée flottante attend tous les soirs les touristes. Ils s’émerveillent du coucher de soleil au moment de la prière. J’y suis allé en vélo, visite obligatoire. J’ai même croisé Mickael Jackson dans la banlieue, étonnant.  Le long de la rivière est plus contemporain, c’est ici que les voyageurs petits budgets posent leurs sacs à doc.  

Malacca a son charme, y poser mon sac fût agréable. Ce ne sont pas que ces curiosités historiques qui m’ont retenu, c’est la géographie inséparable de l’histoire. Prenons le large dans Le détroit de Malacca. Leçon de géo genre dessous des cartes, 90 % du commerce mondiale flotte dans des boites sur les océans. 65 000 à 70 000 bateaux chaque année longent les cotes Malaisiennes et indonésiennes. C’est l’autoroute maritime la plus fréquentée du monde juste avant le pas de calais qui le talonne avec seulement 60 000 navires. Tous les échanges entre Chine, Inde, Moyen Orient, Europe, et Japon transitent  par là. C’est crucial, bloquer  ce passage c’est un quart du commerce mondial qui s’arrête créant aussitôt une grosse panique. Plus de carburant pour le Japon, plus de marchandises asiatiques pour nous, et il y en a dans votre quotidien de cette marchandise. Pareil dans l’autre sens, aujourd’hui les riches chinois achètent du luxe made in France. 

 

IMG_0516      IMG_1332     malacca01

 

Cet entonnoir entre les continents est dangereux, d’abord à cause des conditions de navigation.  La faible profondeur, les courants, les marées, les moussons  exigent aux capitaines une expérience de vieux loups de mer. Il faut y ajouter un autre risque non inscrit sur les cartes maritimes : les pirates. 30 % des attaques de navires  se déroulent ici.

Ce n’est pas du cinéma, des bandes de marins qui ne sont pas du tout d’eau douce comme les insulterait le capitaine Haddock réussissent sur leurs frêles embarcations à aborder les géants des mers désarmés. Sans sabre d’abordage et jambes de bois ces pirates cagoulés et armés de kalachnikov rançonnent les équipages. Rackman le rouge ne ferait pas pire avec son équipage de forbans. C’est un problème la piraterie. Malacca n’est plus concerné cela fait longtemps que les navires ne s’y amarrent  plus. Le grand port local est Singapore. Les pirates que l’on croise dans les rues de Malacca ne sont que des caricatures inoffensives. On ne plaisante pas avec le sujet, mais quel gamin n’a pas rêver devant un bateau au pavillon noir ?

IMG_0401   IMG_0600

Pirates de Malacca, pas sérieux

Ces gangsters des mers se planquent dans les petites iles indonésiennes.  Ces dernières années les pays ont réagi, la piraterie dans le détroit baisse. Les gibiers de potence sévissent maintenant aux Philippines.

Je  désirais voir ce détroit, en vrai,  une croix de plus sur mes rêveries de gamin. J’ai embarqué sur un express indonésien qui tous les jours coupe la route aux cargos en reliant Malacca et Dumai.  En deux heures de navigation j’ai vu tous ces portes containers se suivre et se croiser sur ce rail de navigation.

La leçon d’histoire-géographie c’est vérifié sur le terrain, et la mer.  

IMG_1308       IMG_1312

Détroit de Malacca                                           Pour Monsieur Ikea ? 

 

Malacca

Explore this photo album by Gérald Masnada on Flickr!

https://www.flickr.com