harley (32)

Wisconsin, capitale Madison, ratifié état US en 1848, peine de mort abolie en 1853, port d’arme autorisé et casque en moto non obligatoire. Casque en moto ! Une information secondaire ? C’est pour la moto que j’ai fait ce détour à Milwaukee, un musée, pas l’un de la grande histoire mais de la petite. Et ici elle à un nom, plutôt un son : le «potato potato sound» des Harley Davidson. Un bruit si caractéristique que ce constructeur voulu le breveter sans y parvenir. Pas grave aucune moto ne l’imitera, maintenant c’est trop tard, ce potato potato est une légende. Pour moi les Harley sont au premier plan sur l’image US, avec Coca-Cola, et le Levis 501. Comme la 2CV, la baguette et Vuitton font partie de l’identité française. Ce sont aussi des objets fétiches qui font un pays. C’est culturellement choquant ? Non, n’est-ce pas dans les pizzerias que nous voyons le plus souvent le drapeau italien.

Ce son à sa petite histoire, elle débute vers 1900. Deux gamins Arthur Davidson et son pote William Harley bricolent dans la cuisine de maman Davidson. Ils tentent de fabriquer un moteur à explosion en s’inspirant des plans du français De Dion-Bouton. Ils espèrent le monter sur une barque et ainsi aller plus vite à la pèche. Comme parfois dans les «bureaux d’étude», c’est dans une partie cycle qu’ils installeront ce premier moteur, un monocylindre de 405 cm3 avec une boite de conserve modifiée en carburateur par Walter, le frère de William. Des vapeurs d’essence dans une cuisine avec un fourneau c’est plutôt risqué. Après un départ de feu, papa Davidson se fâche et construit pour eux un abri de jardin de 3m x 3,5m. Beaucoup de bricoleurs ont fabriqué les grandes marques d’aujourd’hui dans des cabanes similaires. Leurs trois premiers engins sortiront de cet abri de jardin. L’affaire démarre bien et prend des tours rapidement. 10m2 c’est trop petit pour la montée en cadence, ils déménagent en ville dans un atelier et inscrivent à la main sur la porte : Harley Davidson Motor co.

harley (1)     harley (23)


La cabane a été reconstruite à l’identique devant le musée Harley Davidson et les motards sacralisent leur visite devant cette «sainte chapelle».
Le potato potato ne s’entendra sur les chemin du Wisconsin qu’en 1909, avec un nouveau moteur :
Le V Twin à 45°. William Harley aurait lorgné sur le moteur Peugeot Frère équipant la Norton gagnante du premier Tourist Trophy en 1906. Normal que je cite Peugeot, n’est-ce pas les copains ?
Sautez les prochaines lignes si calage et allumage ne vous inspirent rien. Deux cylindres 4 temps, sur deux rotations, premier piston allumage 0°, second piston allumage 315° puis 405° de rotation pour vider et remplir les chambres, cela fait 720°, deux tours vilebrequin. Le moteur tourne rond comme une patate et provoque des vibrations mauvaises pour la mécanique. Pour les bikers ce sont les « good vibrations Harley».

harley (6)    harley (20)


C’est en Fiat 500, une petite voiture à peine plus grande qu’une grosse Harley Davidson, que j’arrive au musée. Le premier étage retrace l’histoire de la marque, beaucoup d’archives papiers et photos, j’aime. Je devrais améliorer ma lecture de l’anglais. Les machines qui tracèrent la route du mythique constructeurs se suivent chronologiquement dans une l’allée. Pas mal de remonter ou descendre le temps selon le sens de la visite. Toutefois je ne suis pas trop musée et je préfère voir les choses dans leur milieu naturel, le macadam pour les bécanes et bagnoles. Voiture, moto, maison, tous se personnalisent et s’exhibent, surtout ces tatouages. Le rez de chaussée est consacré à la customisation des machines et à l’image Harley Davidson. Là on voit qu’ils sont dingos et capables de tout. Impensable, même une seconde, d’immatriculer en France « King Kong » et se balader sur les routes. Deux Harley greffées par Félix Predko en 1949, un travail considérable, question goût c’est dans le style local de ces années en pleine croissance, spéciale mais à voir de prés tellement il a fignolé le moindre détail.

harley (15)     harley (19)

Pour démontrer la solidité de ses machines, un modèle de 2004 emporté par le Tsunami au Japon et retrouvé sur les cotes du canada un an plus tard raconte sur son voyage dans l’océan pacifique. Mais ça ne flotte pas une Harley Davidson ?
Sur un mur, pas facebook un vrai, l’Amérique des Harley s’affiche à travers des photos vintages de 1940-1990. Le cinéma a sa place avec le chopper d’easy rider et la Fat boy de Terminator. C’est plus souvent des Harley Davidson badgé police qui font le cinéma mais le public préfère l’image mauvais garçons et libertaire de cette machine. Gros bras et tatouages tiennent souvent le guidon. Faut-il obligatoirement avoir un look viril pour enfourcher cet engin ?
Quand je sens en chemin
Les trépidations de ma machine
Il me monte des désirs
Dans le creux de mes reins
Harley Davidson, un fantasme ? Ce terrible engin érotisé par Brigitte B se voyait avec de jolies pin-up sur les murs d’ados dans les années 70.
Je sors du musée quelque heures plus tard pour le lunch dans le restaurant attenant, sans blouson avec le bouclier Harley Davidson dans le dos je vais me faire remarquer.

 

harley (24)   harley (22) 

Je passe quelques jours dans les rues de Milwaukee, qui possède son charme avec sa rivière et son petit quartier historique, dont un quartier allemands. Je tombe même dans l’annuel festival germanique ou la choucroute remplace le hamburger. Les allemands sont arrivés ici au milieu du 19eme. Lisez une carte du Wisconsin, Prairie du chien, fond du lac, eau claire, baie des puants, tous ces noms sont des fantômes des premiers européens qui se établis dans les territoires du nord, les français. Dans le beau jardin de l’université Marquette, un jésuites explorateur qui pensait rejoindre le pacifique avec le Mississipi en 1673, une jolie chapelle Jeanne d’arc à peine plus grande que la cabane Harley Davidson se cache derrière des arbres. Elle a été démontée en France en 1926 et reconstruire une première fois à New York, puis ensuite ici. C’est la mobilité américaine. De là a imaginer Jeanne D’arc chevauchant une Harley étendard à la main boutant les anglais hors de ce continent ? Faut pas exagérer.

 

milwaukee (32)    

DEUX ALBUMS, le musée Harley avec deux intrus : 

 

Milwaukee, musée Harley Davidson - Album photos - le blog images54620

Milwaukee, musée Harley Davidson : Toutes les photos Milwaukee, musée Harley Davidson - le blog images54620

http://jenesuispasdici.canalblog.com

Et pour ceux qui veulent se promener à pied dans Milwaukee sans Harley Davidson : 

 

Milwaukee, ballade à pied - Album photos - le blog images54620

Milwaukee, ballade à pied : Toutes les photos Milwaukee, ballade à pied - le blog images54620

http://jenesuispasdici.canalblog.com

Petit cadeaux :